L'exposition regards de femmes

L’EXPOSITION REGARDS DE FEMMES




Les éditions Dargaud et le Salon du livre de Paris honorent le talent des auteures dans une exposition singulière sur les femmes et la bande dessinée : « Regards de Femmes sur la société actuelle ».
Des planches originales seront exposées en exclusivité dans un décor thématique dédié à l’humour, à la sensualité et à la libération féminine :Claire Bretécher (Agrippine ; Les Frustrés), Florence Cestac (Le Démon du soir ; Les Débloks), d’Annie Goetzinger (Jeune fille en Dior ; Agence Hardy), de Catherine Meurisse (Drôles de femmes), de Marion Montaigne (Riche, pourquoi pas toi), d’Anne Simon (Marx ; Freud), et de Vanyda (Celle que… ; Un petit goût de noisette).

La place des femmes au sein du 9e art a, elle aussi, évolué. Longtemps peu représentées parmi les auteurs, souvent cantonnées à un travail de coloriste, elles sont de plus en plus nombreuses à investir le champ de la création comme scénaristes ou comme dessinatrices. Conséquence logique de cette évolution, les personnages féminins proposés par la bande dessinée se sont affranchis des clichés et des stéréotypes réservés à un lectorat traditionnellement masculin.

Au même titre que le roman, la bande dessinée apporte ainsi la preuve de sa capacité à appréhender le monde dans toute sa complexité. Et les femmes ne sont pas pour rien dans ce renouvellement du neuvième art : l’exposition du Salon du Livre de Paris témoigne de la richesse, de l’acuité et de la variété du regard féminin qui a contribué à faire de la bande dessinée un art enfin adulte, capable de parler de tout et à tout le monde.

Retrouvez les auteures suivantes


Claire Bretécher
Née à Nantes et précocement terrassée d'ennui, Claire Bretécher se lance très vite dans la bande dessinée, pour s'occuper. Au début des années 60, après avoir laissé tomber les Beaux-Arts parce que la bande dessinée y est persona non grata, elle enseigne le dessin pendant neuf mois, puis elle livre des illustrations dans différents journaux du Groupe Bayard.
En 1963, elle rencontre Goscinny qui l'invite à dessiner son Facteur Rhésus, bouleversante épopée d'un héros postal, dans l'Os à Moelle. Après, il lui commande des illustrations pour Pilote. En attendant, en 1965-66, Bretécher collabore au journal Tintin puis le journal Spirou l'accueille pour quelques courts récits. Puis paraissent Les Gnangnan, Les Naufragés (avec Raoul Cauvin), ainsi que l'éphémère Robin des Foies et Fernand l'orphelin sur des textes d'Yvan Delporte. Au fil de ses histoires, Claire Bretécher s'impose comme la plus grande "humoriste-sociologue" du 9ème art. Faussement "simpliste", son graphisme nerveux et précis soutient parfaitement son propos, lucide et sans concessions surtout quand sa cible est friquée, nombriliste et désabusée mais plein de tendresse pour certaines femmes et à peu près tous les enfants...  
 
 




© Dargaud / Rita Scaglia
  Florence Cestac
Florence Cestac est un grand nom de la bande dessinée franco-belge. Fondatrice des éditions Futuropolis en 1975 et créatrice du personnage de Harry Mickson, elle a également collaboré aux tout débuts de magazines cultes, tels que Pilote, L'Écho des savanes ou encore Charlie Mensuel et travaille avec de nombreux auteurs et scénaristes tels que Tonino Benacquista ou encore René Pétillon.
Tout au long de sa carrière, elle obtient de nombreuses récompenses, comme l'Alph'art de l'humour d'Angoulême qu'on lui décerne à deux reprises, dont notamment pour l'album Le Démon de midi en 1997.  
 


Annie Goetzinger
Annie Goetzinger est l'une des rares femmes de la bande dessinée. Après des études aux Arts Appliqués et un passage par le dessin de mode, elle publie dans Circus,L'Echo des Savanes, Fluide Glacial, Métal Hurlant et surtout Pilote. Son premier album, Casque d'or, remporte deux prix au Festival d'Angoulême. Elle réalise ensuite Aurore, une vie de George Sand aux Editions des femmes, Felina avec Victor Mora chez Dargaud. Costumes de théâtre, illustrations, histoires courtes (Collection Fripon – Humanoïdes Associés), dessins de presse notamment pour le journal Le Monde. Aujourd'hui, elle illustre chaque mercredi la chronique de Bruno Frappat dans le quotidien La Croix. Lorsqu'elle ne travaille pas seule (Barcelonight, Mémoires de Barcelone, Rayon Dames) elle collabore avec Pierre Christin. C'est en sa compagnie qu'elle a réalisé La Demoiselle de la Légion d'Honneur, La Diva et le Kriegsspiel, La Voyageuse de la petite ceinture, Charlotte et Nancy, Le Tango du disparu, Le Message du simple, La Sultane blanche et Paquebot. Les deux complices travaillent d'ailleurs toujours de concert sur la série L'Agence Hardy.  
 

©Dargaud / Cécile Gabriel
 




© Dargaud / Cécile Gabriel
  Catherine Meurisse
Catherine Meurisse est née en 1980. Après avoir fait des études de lettres, elle entre à l'École Nationale Supérieure des Arts Graphiques Estienne, puis à l'Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs, à Paris, d'où elle sort diplômée avec la mention d'excellence. En 2005, elle rejoint l'équipe de dessinateurs du journal satirique Charlie Hebdo. En parallèle, elle dessine dans la presse (Les Échos, Libération, Marianne) et illustre des livres jeunesse pour les éditions Gallimard, Bayard, Nathan, Sarbacane, ou encore Albin Michel. Elle est également auteure de bande dessinée : en 2008, elle a publié Mes Hommes de lettres, ou comment faire entrer avec humour toute la littérature française dans un seul album. Toujours aux éditions Sarbacane, elle a travaillé sur la série Elza avec Didier Lévy, entre 2007 et 2009. En 2010 elle réalise le guide de savoir-vivre humoristique, selon les conseils de la baronne Nadine de Rothschild, intitulé Savoir-vivre ou mourir. La même année, elle signe Drôles de femmes, sur un scénario de Julie Birmant. Paru chez Dargaud, cet album touchant rassemble différents récits de femmes du spectacle, telles que Josiane Balasko ou Florence Cestac.  
 


Marion Montaigne
Née en 1980, Marion a fait des études d'illustration à l'école Estienne puis d'animation à l'école des Gobelins. Elle est illustratrice pour la jeunesse chez Lito, Bayard, Nathan, Milan avant de publier ses propres bandes dessinées : La vie des très bêtes aux éditions Bayard, tomes 1 et 2 ; Panique Organique aux éditions Sarbacane. Elle écrit aussi des scénarii pour le dessin animé : Une minute au musée, chez les Films de l'Arlequin et Mandarine and cow saison 2 chez Normal Studio.
En 2013, elle publie son blog Tu mourras moins bête (tomes 1 et 2) chez Ankama pour lequel elle reçoit le prix du public au festival d'Angoulême. Actuellement, Marion Montaigne mène une enquête pleine d'humour chez les riches, d'après les recherches du couple de sociologues Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot (Dargaud).  
 

©Rita-Scaglia-2013
 




© Dargaud / Cécile Gabriel
  Anne Simon
Anne Simon est née en 1980 dans les Deux-Sèvres. Elle étudie aux Beaux-Arts d'Angoulême et à l'Ecole Nationale des Arts Décoratifs de Paris. Elle reçoit en 2004 le prix "Jeunes Talents" au FIBD d'Angoulême et sort sa première bande dessinée "Perséphone aux Enfers" en 2006. Très active au sein des éditions Misma, elle collabore régulièrement à la revue de bande dessinée indépendante Dopututto. Sa collaboration réussie avec Corinne Maier a donné naissance à deux projets de biographie dessinée, Freud (2011) puis Marx (2013), toutes deux parues aux éditions Dargaud.  
 


Vanyda
L'histoire veut que Vanyda dessine sa première BD à l'âge de six ans. Il semble donc naturel que, plus tard, elle suive les cours de l'académie des beaux-arts de Tournai (Belgique), en section bande dessinée. À la fin de ses études, en 2001, elle s'installe à Lille, dans un atelier qu'elle partage avec quatre amis des beaux-arts : François Duprat, David Bolvin, Rod et Nicolas Delestret.
Avec le premier, Vanyda signe L'Année du dragon, trois albums parus chez Carabas. Seule, elle est l'auteur de L'Immeuble d'en face, une trilogie éditée par La Boîte à bulles, et de Celle que... chez Dargaud. Cette dernière série est aujourd'hui reprise en couleurs et en six volumes cartonnés sous le titre de Valentine. Primée dans de très nombreux festivals de BD et plusieurs fois sélectionnée à Angoulême, Vanyda a été récompensée par le très sérieux Publishers Weekly pour la version anglaise de L'Immeuble d'en face
(« manga de l'année »).  
 


©Dargaud/ Freedom