Le vagabondage littéraire : Panaït Istrati

Le vagabondage littéraire :


Projecteurs sur un auteur roumain d’expression française, un vagabond de génie : Panaït Istrati.

Une thématique généreuse cette année pour la participation de la Roumanie au Salon du livre à Paris :
Le Vagabondage littéraire. À chacun sa manière singulière de vagabonder – dehors, dedans – pour mieux dire le monde d’aujourd’hui : table ronde, concert jazz, concours littéraire et exposition.

Jeudi 15 mars

21h30 : Concert jazz manouche "Panaït Istrati, le vagabond" avec Kosti Lacatus Orchestra
Uniquement sur invitation
Contactez l'Institut Culturel Roumain  ici

Localisation
: Scène des auteurs

Samedi 17 mars

13h30 - 18h : Table ronde : "Le vagabondage littéraire. Dans le sillage de Panaït Istrati"

«J’oublierai l'écrivain pour n'être que le vagabond, insouciant du style, de la composition. (…) Jamais [le monde] n'a eu tant besoin d'être vu avec des yeux passionnés, qui l'aiment et qui le détestent!».
Panaït Istrati
Une rencontre entre les écrivains vagabonds français et roumains.

Vagabonds d’esprit, ermites de l’écrit - comment les écrivains adhèrent-ils aux errances de notre époque ? Ils sont nombreux à professer l’horizon, l’ailleurs, à exercer l’art de la fugue pour mieux s’enraciner dans le mouvement et  dans la quête…

Modératrice
: Valérie Cadet, critique littéraire

France :
• Maylis de Kerangal,
• Jean Mattern,
• Bertrand Badiou,
• Matei Visniec,
• Michel Le Bris
 Roumanie :
• Letitia Ilea,
• Ion Manolescu,
• Ioana Both,
• Razvan Radulescu,
• Gabriela Adamesteanu

Zoom sur Panaït Istrati

Né à Brăila le 11 août 1884 et mort à Bucarest le 16 avril 1935, Panaït Istrati est un écrivain roumain de langue française, surnommé le « Gorki des Balkans ».

Apprenti cabaretier, pâtissier albanais, marchand ambulant…Panaït Istrati exerce plusieurs petits boulots qui le mènent à travers l’Europe et l’Afrique. En 1916, il fait la connaissance de Josué Jéhouda qui lui apprend le français et lui fait découvrir les romans de Romain Rolland, qui devient son maître à penser et l’aide à publier Kyra Kyralina en 1923, Oncle Anghel en 1924, Présentation des haïdoucs en 1925 et Domnitza de Snagov en 1926, qui constituent le cycle des Récits d'Adrien Zograffi.

En 1927, il dénonce le régime stalinien dans son oeuvre Vers l'autre flamme, confession pour vaincus, co-écrit avec Boris Souvarine et Victor Serge, et provoque les foudres du PCF.

Figure très célèbre de la littérature de l'entre-deux-guerres, Panait Istrati tombe dans un oubli quasi complet pendant plusieurs décennies ; son œuvre est interdite en France durant la guerre, et en Roumanie durant le régime communiste. Elle est peu à peu rééditée en France à partir des années 1960, à l'initiative de l'Association des amis de Panait Istrati.

Localisation
: Salle Nota Bene

A NOTER

Concours littéraire : Prix du vagabondage 2012 -
« Noter la Roumanie »

L’Institut Culturel Roumain lance, à l’occasion du Salon du livre 2012, un concours littéraire sur le thème « Noter la Roumanie » - écrits courts sur des voyages réels ou imaginaires en Roumanie. Vingt écrits sélectionnés par le jury seront publiés dans un livre présenté au Salon du livre 2013.
 INSCRIPTIONS ICI

Exposition : « Panaït Istrati, le vagabond »
Reproductions de photos et documents inédits des archives roumaines

  Stand de la Roumanie : Y66



Accès directs

Réseaux sociaux

Le compte du Salon